Caprice de la Nature



Caprice de la Nature (par Daniel Genova)

Certains champignons sont capricieux jusqu’à perdent la notion du temps et même des saisons. Le 25 mars à l’occasion d’une virée sur la colline de Chiètre au dessus de Bex mon regard est attiré par un magnifique rond de sorcière d’une dizaine de mètres de diamètre. Pour les profanes un rond de sorcière se compose d’une bande herbeuse plus haute et surtout plus verte que le reste du pré. Les champignons qui colonisent cet espace sont souvent à cette période de l’année des Tricholomes  de la saint Georges, Mais quel ne fut pas ma surprise en m’approchant de voir un champignon automnale en l’occurrence des Lépista saeva ou pied violet, magnifique champignon facile à déterminer  grâces à son pied couleur lilas. On rencontre généralement ce champignon à la fin de l’automne des les premières gelées qu’il supporte parfaitement. Il pousse à l’extérieur du cercle qui s’agrandit chaque année.

Bex le 25 Mars 2019

 



Publié dans CE

Matinée d’étude au microscope 2018

Matinée d’étude au microscope – dimanche 4 novembre 2018

Pour la matinée micro, nous sommes accueillis par Isabelle et Cécile au local du Grugnay du cercle de Chamoson avec café et croissants.

Sous la conduite de Jean-Michel différents champignons sont disséqués en lames fines, notamment un lyophilum, une plutée, un hygrophore, une pholiote mutabilis et une pleurote panellus serotinus.

Quelquefois la lame est prélevée sous le chapeau, ou la transition entre le chapeau et le pied, ou au niveau du cortex du pied.

Nous jonglons avec un vocabulaire nouveau tel que granulation, bacille, spores, cystides à crochets, sidérophilie etc. Chaque participant laisse cours à son imagination en vulgarisant les mots techniques : escargot, bouteille, haricot. crochet…l’essentiel est de progresser.

Nos remerciements vont à Isabelle Caruzzo pour l’apéritif. La matinée se termine par un repas au caveau de Chamoson.

Publié dans CE

Sortie cantonale ACVM 2017

Sortie cantonale du 2 septembre 2018

La sortie cantonale, traditionnellement fixée au 1° week-end de septembre, a eu lieu à Sierre. Une forte participation a été enregistrée pour cette journée festive, 80 participants issus de tous les cercles.

Pour l’herborisation guidée, deux lieux ont été proposé : soit au lac de Chermignon, hauts de Crans avec Pierre André Warpelin et Joëlle ; soit à l étang des Briesses et lac Miriouj avec Marianne Florey et Silvana Darlington.

Enfin, les champignons qui se sont fait désirer cet été, pointent le bout de leur nez, entre autres un champignon rare: un bolet entièrement blanc. C’est au couvert de Planige que la détermination de plus de 200 espèces a été commenté par Christophe Florey.

Au moment de l’apéro, Joëlle Bagnoud, présidente du cercle de Sierre, nous souhaite la bienvenue et nous donne des renseignements sur le site de Planige. Dans son discours, elle reprécise le nouveau système de présidence annuelle de l ACVM et présente Isabelle Cheseaux comme présidente 2019 : applaudissements des participants.

Le repas original, brochette party organisé par le vice président de Sierre Eddy Clivaz a été très apprécié. Ce qui a été fort sympathique, nous avons pu bénéficier d’une belle table d’exposition avec les enseignements des différents experts tout au long de l’après-midi.

Publié dans CE

Matinée d’étude à Martigny

5 août 2018

C’est au milieu d’une période caniculaire que nous avons été accueillis par nos amis de Martigny. C’est la joie des retrouvailles pour une quarantaine de participants désireux d’aller chercher la fraîcheur en forêt.

Jean-Michel nous propose trois lieux d’herborisation : le sentier des mines à Chemin; le parcours Vita à Martigny-Croix; la forêt de Cries à côté du Charençon à  Vollèges qui est un coin magnifique.

D’un côté la forêt nous fait savoir qu’elle souffre parce que les résineux sont poisseux. D‘un autre côté, une pluie bienvenue le jour de la fête nationale ont favorisé une timide sortie de champignons tout frais : un boletus Luridus, un collybie maculata, un agaricus augustus, un lentinus lepideus, un bolet à pied rouge, un paxille à pied noir et une magnifique lépiote élevée.

En résumé une sortie avec très peu de champignons. Si dans notre région, la sécheresse sévit, nos amis de Monthey nous annoncent déjà de petites récoltes dans la région de Champéry.

Une cinquantaine de champignons a été brillamment déterminée par Jean-Michel. Puis place à l’agape. Merci à Dulce pour sa tarte et au dessert à l’abricot d’ Isabelle.

Publié dans CE

Découverte d’un champignon rare

Mis en avant

Lors de sa ballade matinale le long du Rhône Bertin Salamin, remarque sur un  tronc de feuillus un chapeau blanc.
Immédiatement il identifie ce champignon comme étant une Volvariella bombycina, ou volvaire soyeuse, espèce peu courante et à protéger. La particularité de ce champignon, est de  pousser sur de vieux troncs, bois mort, ou amas de sciure.

Caractéristiques:

Le chapeau est  blanc, soyeux et revêtu de méchules radiales, sa taille est assez importante : 8 à 20 cm

Ses lames sont blanches puis brun rosé avec le temps.

Il possède un pied massif, blanc lisse de 6 à 20 cm de long par 1.5 à 4 cm de large.

A la base du pied se trouve une longue volve blanchâtre à brun clair

Il a une odeur de rave ou de  cacao.

Malheureusement il n’est pas comestible.

Lors de vos ballades, si vous avez un doute sur votre cueillette de champignons faites contrôler votre récolte par un expert dont vous trouverez la liste sur le site www.vapko.ch association suisse des contrôleurs de champignons.

 

Article par P.-A. Warpelin

Rencontre VD-VS

Journée organisée par le cercle mycologique de Sierre. Trois sites  d’herborisation furent proposés aux nombreux participants:

Briey/ Chalais, Crans-Montana, la forêt de Finges.

 

Malgré  une longue période de beau temps et de sécheresse, plus d’une centaine d’espèces ont été déterminées.

Cette journée marquée par l’échange de connaissances mycologiques  et de convivialité, a eu lieu au Chalet le Bercail à Briey, sous un soleil généreux, comme le fut l’apéritif offert par nos amis Vaudois de la section Rivera.

 

 

Sortie cantonale ACVM 2017

C’est avec le soleil que Le Groupement Mycologique de Monthey, sous la main de maître de Jacquy Blanc, a organisé la sortie cantonale ACVM. le dimanche 3 septembre 2017

Les experts ont déterminé les apports des sociétés le samedi après-midi et ont étiqueté plus de 150 espèces dont vous trouverez la liste ci-dessous.

La manifestation s’est ouverte avec un discours des autorités qui ont offert le vin d’honneur et a été suivi par un commentaire de la table emprunt d’humour comme seul Jacquy Ancay sait le faire. Après un excellent repas, l’expo a été ouverte au public.

Listes des espèces déterminées

Publié dans CE

La recette du Baron d’Yvoire

 

La  recette du Baron d’Yvoire

Le baron d’Yvoire a donc mis au point une méthode qui a été essayée bon nombre de fois. Certains expérimentateurs ont été ravis des résultats.

 

 

 

 

Voici comment opérer :

Choisissez un terrain de culture à la fois meuble et humide.

Vos chances seront considérablement augmentées s’il est déjà planté d’artichauts qui contiennent de l’inuline, matière sucrée très particulière dont les morilles sont friandes.

Durant l’été, arroser le terrain à plusieurs reprises avec une solution de nitrate de potasse (une poignée par arrosoir)

Au printemps de l’année suivante vers la fin mars ou avril partez à la chasse aux morilles

Si les semences proviennent de la région, il n’y aura pratiquement pas de problème d’acclimatation. Il faudra alors de six à dix morilles pour une surface d’une trentaine de mètres carrés.

Il est également recommandé de prendre un peu de terre à l’endroit où vous avez trouvé des morilles.

Coupez vos morilles en petits morceaux. Effectuez cette opération sur votre terrain pour que les spores s’éparpillent sur le sol. Répandez également la terre que vous avez prélevée.

Laissez le tout en place. L’automne suivant, répartissez uniformément une couche de marc de pomme de 2cm  d’épaisseur.

 Quinze jours plus tard, recouvrez cette couche avec des feuilles sèches (charme, frêne, hêtre, ou même de marronnier) Placez sur  cette couverture quelques branches qui la retiendront et éviteront que le vent de l’hiver ne l’emporte.

Laissez passer la mauvaise saison en vous assurant seulement de temps à autre, que cette protection est toujours en place.

Vers la fin  de mars ou début avril, débarrassez délicatement le terrain des branches. Avec précaution, retirez

La couche superficielle de feuilles, pas totalement car il faut maintenir une humidité favorable aux morilles,

Sans gêner leur levée.

Si tout va bien, elles montreront leur tête deux ou trois semaines plus tard.

Le baron d’Yvoire à dit avoir ramassé quelque 300 morilles sur une surface de 10 mètres carrés.

Air-Pijac

Publié dans CE

Mycologie à Lignano (IT)

OBSERVATIONS MYCOLOGIQUES AUTOMNALES  A LIGNANO (Emilie-Romagne, Italie) ET ENVIRONS

Ançay Jacques
Faibella Jean-Michel
Ferreira Agostinho
Keim Christian

Société de mycologie de Martigny et environs, section de l’ACVM

Durant les vacances d’automne 2016, soit du 27 au 30 octobre, nous avons eu la chance de nous rendre en Italie dans la région d’origine de la maman de Jacques Ançay. Nous espérions bien y observer le bolet bronzé (Boletus aereus) et d’autres « cèpes nobles ». Malgré quelques jours pluvieux précédant notre arrivée, le roi des « porcini » et ses comparses ne nous ont pas gratifiés de leur présence ! Contrairement à ce que nous disaient les mycophages locaux  (Il n’y a pas de champignons !), nous avons pu herboriser et identifier plus d’une centaine d’espèces dont vous trouverez ci-après un inventaire bien naturellement non exhaustif…

Pour rejoindre la commune de Quara et le petit village de Lignano, nous avons emprunté l’autoroute depuis Aoste, direction Alessandria ; ensuite, nous avons continué vers Bologne en évitant Milan et ses embouteillages. A la hauteur de Modène, nous avons quitté la plaine du Pô pour gagner les premiers contreforts des Apennins en direction de Sassuolo. Suivant le fleuve Secchia, nous avons pris de l’altitude, rejoint Toano et sommes enfin arrivés à destination après 500 kilomètres et six heures de trajet.

Pas de sortie mycologique réussie sans un guide local au regard affûté : c’est le cousin de Jacques, Francesco, qui nous a fait découvrir sa région natale. Autrefois, il pratiquait la cueillette des truffes d’été avec un chien.  …Ouvrir l’article complet.
Lire l’article complet...